En Allemagne, être travailleur indépendant est souvent le rêve des salariés. De plus grandes libertés et pas de patron sur le dos – c’est surtout lorsque tout ne se passe pas à merveille dans son travail, que l’on s’imagine bien se mettre à son compte. Mais si vous voulez travailler de manière indépendante, vous devez faire attention à certains problèmes que les salariés ne soupçonnent pas du tout. En outre, beaucoup ont des difficultés à distinguer ce qui relève ou non des professions libérales. Nous vous expliquons les pièges à éviter quand vous voulez travailler en indépendant…

Être travailleur indépendant : qu’est-ce que ça veut dire ?

Tout d’abord : être travailleur indépendant ne veut pas dire recevoir des contrats d’entreprises et, par exemple, travailler avec ces dernières pendant la durée d’un projet. Ici il s’agit de freelancer qui ne doivent pas être confondus ou assimilés à des travailleurs indépendants.

Les activités que peuvent exercer les travailleurs indépendants allemands sont réglementées et répertoriées précisément par la loi relative à l’impôt sur le revenu.

En Allemagne, les professions libérales sont définies par § 18 EStG :

  • Médecin
  • Dentiste
  • Vétérinaire
  • Avocat
  • Notaire
  • Avocat en droit des brevets
  • Géomètre
  • Ingénieur
  • Architecte
  • Pharmacien
  • Commissaire aux comptes
  • Conseiller fiscal
  • Économiste consultatif et économiste d’entreprise
  • Auditeur assermenté
  • Mandataire fiscal
  • Auxiliaire médical
  • Kinésithérapeute
  • Journaliste
  • Photographe de presse
  • Interprète
  • Traducteur
  • Pilote

Ces professions vous autorisent à travailler en indépendant avec une entreprise. Voici le premier point important à noter : si vous travaillez en indépendant, vous n’êtes pas salarié. En réalité, vous jouissez de plus de liberté de mouvement et êtes votre propre patron.

Que devez-vous faire pour travailler en indépendant en Allemagne ?

Avant de pouvoir travailler en indépendant, vous devez enregistrer votre activité. Contrairement aux autres activités non-listées dans cet article, ceux qui souhaitent exercer une activité libérale en Allemagne ne se tournent pas vers le bureau commercial compétent (Gewerbeamt). Lorsque vous exercez une profession libérale, vous n’êtes pas, en règle générale, un commerçant. Pour cette raison, vous n’êtes pas soumis au Code du commerce. Cela a pour autre avantage que vous ne devez pas payer de taxe professionnelle.

Au lieu de cela, contactez le bureau des impôts (Finanzamt) de votre ville pour y faire enregistrer votre activité. Bien que la démarche soit un peu bureaucratique, c’est beaucoup moins compliqué que de devoir enregistrer votre propre entreprise avant de pouvoir commencer à travailler. Souvent, une lettre informelle au bureau des impôts suffit. Suite à cela, vous recevrez un numéro fiscal que vous pourrez utiliser pour établir vos factures ultérieurement.

Le statut de libéral vous offre un autre avantage qui facilite votre vie professionnelle. Vous n’êtes pas obligé de tenir une comptabilité comme le ferait une entreprise, il vous suffit de présenter un simple état des revenus engrangés. Afin de gérer au mieux vos finances professionnelles (recettes et charges), l’ouverture d’un compte séparé est recommandée.

Dernier point mais non le moindre, vous devez vous renseigner pour savoir si c’est nécessaire de devenir membre de la Chambre compétente de votre profession. Cela ne s’applique pas pour toutes les activités, mais certaines l’exigent encore. Par exemple, les avocats doivent être membres du barreau.

S’assurer en tant que libéral en Allemagne

Pour les salariés, la question ne se pose pas puisque les polices d’assurance sont déduites directement du salaire et payées par l’employeur. Celles-ci incluent, par exemple, une partie de l’assurance maladie et également de l’assurance chômage. Pour les travailleurs indépendants, c’est un peu différent et c’est à vous de souscrire à une assurance professionnelle.

En ce qui concerne l’assurance maladie, vous avez le choix entre l’option légale et l’option privée. Faites faire des devis et comparez les différents services pour trouver la couverture la plus appropriée pour vous.

Les libéraux et autres indépendants ne sont pas obligés de cotiser à l’assurance retraite. Néanmoins, il peut être intéressant de commencer à mettre de côté pour votre retraite. Si vous appartenez à l’une des professions qui dépend d’une Chambre (que vous êtes avocat ou même médecin), alors vous cotisez à l’assurance retraite par le biais d’un fonds de pension. Sur demande, vous pouvez également demander à ne plus cotiser.

Pour encore plus de sécurité, il est possible de souscrire une assurance responsabilité professionnelle.

Travailleur indépendant en Allemagne : les impôts

Malheureusement, le fait de ne pas avoir à payer de taxe professionnelle lorsque vous travaillez en libéral ne signifie pas que vous n’avez pas à vous soucier des autres taxes. En tant que libéral, vous devez payer l’impôt sur le revenu et taxe sur la valeur ajoutée.

Il existe certaines différences dans le calcul de la TVA en fonction de votre activité. Le taux de TVA général est actuellement de 19 %, mais le taux réduit de 7 % peut s’appliquer aux écrivains ou aux journalistes, par exemple. Les prestations médicales fournies par des médecins ou des auxiliaires médicaux sont également exonérés de TVA.

Comme si souvent pas de règle sans exception : si ce n’est pas une prestation médicale, mais une prestation esthétique, telle que la chirurgie esthétique, c’est le taux de TVA total qui s’applique.

En outre, vous pouvez être exonéré de la TVA en vertu de la réglementation dite des petites entreprises, si votre chiffre d’affaires annuel est inférieur à 50 000 € et que vous avez gagné moins de 17 500 euros l’année dernière.

Conseils pour se mettre à son compte en Allemagne

Enfin, nous avons rassemblé quelques astuces pour ceux qui souhaitent se mettre à leur compte :

  • Profitez de vos possibilités

Si vous travaillez en libéral, vous avez une indépendance à laquelle beaucoup d’employés ne peuvent que rêver. Alors profitez des opportunités offertes par votre position professionnelle. Réfléchissez à vos horaires de travail, au lieu où vous souhaiteriez exercer votre activité, mais aussi quels clients et quels contrats vous voulez obtenir.

  • Pensez à long terme

Puisque vous ne cotisez pas nécessairement automatiquement à l’assurance retraite, vous devez absolument vous inquiéter pour l’avenir. Avez-vous d’autres moyens pour épargner pour vos beaux jours ? Ou est-il préférable de payer pour une assurance retraite ? Pouvez-vous investir l’argent ailleurs pour pouvoir l’utiliser une fois venu l’âge de se retirer ?

  • Sachez faire des pauses

Les libéraux s’organisent eux-mêmes, ce qui présente de nombreux avantages, mais aussi l’inconvénient qu’il est d’autant plus difficile de réellement se déconnecter. Les journées de travail s’allongent, les pauses se font de plus en plus rares et il ne reste plus de temps pour la famille et les amis. La discipline ne se manifeste pas seulement dans le fait de travailler, mais également dans le repos.

  • Diversifiez les risques

Dans un contrat de travail à durée indéterminée, un employé ne peut généralement pas être licencié du jour au lendemain. Cependant, lorsque vous travaillez en libéral, le risque est beaucoup plus grand. Par conséquent, ne vous contentez pas uniquement d’un contrat ou d’un client. Si un problème faisait apparition, vous pourriez rapidement avoir des problèmes de trésorerie.

Vous souhaitez vous installer en libéral en Allemagne ou vous êtes déjà installé ? Faites-nous part de vos interrogations et de votre expérience !

À bientôt pour un nouvel article.

Travailleur indépendant en Allemagne : les pièges à éviter !
5 (100%) 1 vote