Créer une entreprise (en Allemagne) implique un travail acharné, soulève des peurs et des problèmes. Et puis conduit souvent au néant. Mais la tentation est immense : en tant que fondateur et entrepreneur, vous pouvez décider librement, mettre en œuvre vos propres idées et être vous-même le moteur de votre réussite financière. Nous avons rassemblé toutes les informations importantes pour ceux qui souhaitent créer leur entreprise en Allemagne.

Créer une entreprise en Allemagne : la voie vers l’indépendance

Selon le KfW Gründungsmonitor, il y a chaque année environ 500 000 nouvelles entreprises créées en Allemagne.

Le KfW indique également que la qualité des sociétés nouvelles tend à augmenter. Il y a donc de moins en moins d’entrepreneurs allemands qui créent une société dans l’urgence car ces personnes s’orientent de plus en plus vers l’auto-entrepreneuriat. D’autre part, la proportion d’entrepreneurs innovants, c’est-à-dire qui poursuivent une idée d’entreprise claire, augmente et est souvent lié à un projet digital.

En principe, il est clair que fonder une entreprise n’est pas sans risques. Mais cette aventure peut potentiellement faire de vous le prochain Steve Jobs. .

Création de société : ces universités vous y préparent très bien

Les universités allemandes parviennent de mieux en mieux à aider les fondateurs à trouver la voie vers l’indépendance. Telle est la conclusion du Gründungsradar de la Stifterverband für die Deutsche Wissenschaft. Ce sont surtout les petites universités qui ont progressées à cet égard.

L’Université des sciences appliquées de Munich, la TU Munich, le Karlsruhe KIT, l’Université de Potsdam et la TU Berlin possèdent l’esprit d’entrepreneuriat le plus fort.

C’est l’Université Leuphana de Lunebourg qui arrive en tête du classement des universités de taille moyenne. Viennent ensuite l’Université Carl von Ossietzky d’Oldenburg, la TU Kaiserslautern et l’Université des sciences appliquées de Mayence.

Les universités privées arrivent en première place du classement des petites universités. La HHL Leipzig Graduate School of Management et la WHU – Otto Beisheim School of Management ont une forte culture entrepreneuriale.

Les arguments en faveur de la fondation d’une firme

Il y a de bonnes raisons de ne pas posséder sa propre entreprise. En effet, vous renoncez à un emploi relativement sûr en tant qu’employé. Ou que le risque d’échec est grand. Ou le fait que votre idée d’entreprise ne soit pas adaptée.

De l’autre côté, il y a aussi des arguments en faveur. Selon l’étude en ligne Startup-Unternehmen Deutschland de PWC, les fondateurs sont motivés avant tout par leur conviction et leur passion pour leurs propres idées, par leur désir d’autonomie et de responsabilité.

Note : bien entendu, la création d’une entreprise n’entraîne pas automatiquement la formation d’une start-up. Il y a des propriétaires de petites entreprises, des artisans, des fondateurs hors digital – mais les motivations sont probablement les mêmes. Voici les motivations les plus importantes selon PWC :

  • L’idée d’entreprise me convainc.
  • Le désir de réaliser ma propre idée d’entreprise.
  • La croyance en la réussite et en un potentiel de croissance.
  • Être responsable du succès de l’entreprise.
  • Passion, enthousiasme pour la chose.
  • Possibilité d’introduire et de mettre en œuvre mes propres intérêts.
  • Le sentiment d’être son propre patron.
  • Le désir d’un nouveau départ.

Entrepreneur : avez-vous les bons outils ?

Idée d’entreprise, mise en œuvre, financement, motivation, personnel, conjoncture : en tant que fondateurs, vous ne pouvez pas influer sur tous les facteurs de succès, mais sur un certains nombre. Par conséquent, vous devez apporter certaines compétences et qualités pour réussir à long terme.

Créer une entreprise en Allemagne en 9 étapes

1. Préparation

Du courage, un esprit de pionnier et une pincée de folie ? Oui, volontiers. Créer son entreprise en Allemagne sur un coup de folie ? Il vaut mieux éviter. Même les meilleurs commerciaux ne peuvent pas vendre de réfrigérateurs aux manchots ou des manteaux de fourrure aux nomades du Sahara. Préparez la création de votre entreprise aussi minutieusement que possible.

Posez-vous, entre autres, ces questions avant de commencer :

  1. Dans quelle mesure mon projet est-il pérenne économiquement ?
  2. En quoi mon produit / service diffère-t-il de la concurrence ?
  3. À quel groupe cible est-ce que je m’adresse ?
  4. Combien de temps ai-je ou est-ce que je me donne ?
  5. Est-ce que je veux que ça soit mon activité principale ou secondaire ?

Une bonne préparation peut inclure : assister à des séminaires sur la création d’entreprise. Un rendez-vous avec le consultant en création d’entreprise. Une recherche approfondie sur les conditions du marché, les emplacements, les programmes de financement, etc.

Rassemblez autant d’informations que possible. Plus vous en avez, mieux c’est. Les conversations avec la famille, les amis, les connaissances et les anciens collègues peuvent aussi aider – que pensent-ils de votre idée ?

2. Localisation

Un point important dans vos considérations : la question de l’emplacement. Un exemple actuel : le Brexit incite les banques et les fournisseurs de services financiers à réfléchir à la délocalisation sur le continent. La banque britannique Lloyds a annoncé son intention de déménager de Londres à Berlin.

Cela montre à quel point le lieu peut être crucial lorsque vous démarrez votre entreprise : où trouvez-vous les employés, comment accéder au marché, aux clients, aux aides (financières), quelle perspective ?

3. L’équipe

Sans bons fondateurs – donc vous – pas d’entreprise prospère. Mais cela commence plus tôt : les banques n’ont d’argent du tout pour les personnalités peu convaincantes.

Bien sûr, vous pouvez très bien réussir en tant que fondateur unique, mais en principe, il est logique de répartir la responsabilité sur plusieurs épaules. Qui pourrait compléter vos forces et compenser vos faiblesses ? Avec qui entendez-vous si bien que vous pourriez diriger ensemble une entreprise ?

Une bonne combinaison pourrait être : un technicien brillant, un commercial talentueux et un économiste compétent. Cela soulève la question du personnel restant : de quels employés ai-je besoin pour l’administration, le marketing, le développement informatique…?

4. Business plan

En avoir un n’est nullement obligatoire. Pour certains, il s’agit même d’une expression du philistinisme entrepreneurial. Néanmoins, un business plan remplit deux fonctions importantes : il vous donne une vue d’ensemble de votre propre projet, il rassembler les mesures (idées) que vous voulez mettre en place et est aussi un instrument de contrôle.

Il permet aussi d’attirer l’attention des consultants, des banques et des investisseurs. Les éléments importants d’un business plan sont les suivants : analyse du marché et de la concurrence, objectifs commerciaux, stratégie et plan financier.

5. Financement

La méthode classique est la suivante : vous vous rendez dans votre banque le business plan sous le bras et faites une demande de prêt. Si la banque refuse, vous pouvez toujours tenter votre chance dans d’autres institutions financières. En outre, il existe un certain nombre de les programmes de subventions publiques destinés aux fondateurs : prêts, subventions, microcrédit.

Une idée relativement nouvelle : la fondation d’entreprise via le crowdfunding ou crowdinvesting. L’avantage : vous pouvez aussi tester si votre produit répond vraiment à un besoin. Il existe également la possibilité – si vous ne parvenez pas à obtenir de financements extérieurs – de tout de même lancer votre entreprise. Le mot magique est : l’amorçage ou bootstrapping.

6. Formalités

En principe, tout commerçant – à l’exception des professions libérales telles que journalistes, médecins ou architectes – doit enregistrer son activité au registre du commerce. L’interlocuteur est le Gewerbeamt du district ou de la ville dans lequel votre société est basée.

Les sociétés exigent une inscription au registre du commerce (Handelsregister), les artisans doivent s’inscrire à la chambre des métiers (Handwerkskammer). Pour établir des factures, vous avez besoin d’un numéro d’identification fiscale (Steuernummer) fourni par les impôts (Finanzamt).

Prévoyez suffisamment de temps pour ces formalités – et faites appel à un professionnel si nécessaire. Les chambres de métiers dispose, par exemple, de guichets uniques pour permettre de régler toutes les formalités d’un seul coup.

7. Forme juridique

Quelle forme juridique votre entreprise devrait-elle avoir ? Dans une société à responsabilité limitée (GmbH), par exemple, vous n’êtes responsable qu’à hauteur du montant de votre capital, mais vous devez réunir au moins 25 000 euros pour vous créer une GmbH. Incidemment, vous pouvez également créer une GmbH en tant qu’individu.

La mise en place d’une GbR (GmbH en tant qu’individu) est clairement plus simple et moins bureaucratique. De plus, vous n’avez pas besoin d’apporter un capital, par contre vous engagez votre propre responsabilité. OHG est une option particulièrement adaptée pour les commerçants, mais avec un risque de responsabilité élevé. Vous trouverez ici un aperçu de toutes les formes juridiques, y compris leurs avantages et inconvénients.

8. Assurances

En tant qu’entrepreneur, vous devez vous protéger contre tous les risques. En général, on peut distinguer les risques personnels des risques opérationnels. Les risques personnels sont couverts par les assurances invalidité professionnelle, les mutuelles et les assurances vieillesse et chômage. Les risques inhérents à l’entreprise sont protégés par l’assurance responsabilité professionnelle et la protection juridique.

Prévoyez suffisamment de temps pour comparer les fournisseurs, vérifier les conditions et les clauses d’exception.

9. Marketing et acquisition

Bien sûr, le marketing est un must. Un must avec de gros points d’exclamation épais. Vos (futurs) clients ne viennent pas d’eux-mêmes.

Quel budget avez-vous ? Voulez-vous distribuer des dépliants ou faire une campagne de marketing digital professionnelle ? Vous avez aussi besoin d’une identité visuelle – comprenant le nom de l’entreprise et son logo.

Ne prenez pas cela à la légère – c’est essentiel à votre succès et peut façonner l’image de votre entreprise pour les décennies à venir. N’oubliez pas votre présence sur Internet.

6 conseils pour créer son entreprise en Allemagne

Comment les entrepreneurs vont de l’avant ? Nous aimerions partager ces six conseils avec vous :

  • Aide : laissez vous conseiller, soutenir, coacher, aider. Construisez une équipe compétente et un réseau. Personne ne peut tout faire seul.
  • Acquisition : commencez à parler à vos clients potentiels. Même avant le lancement de votre produit, vous devez savoir s’il y a suffisamment de clients et de prospects.
  • Caractéristique unique : soyez innovant et essayez de vous démarquer de la concurrence, même si ce n’est que dans les détails. Il est préférable de démarrer dans une niche.
  • Intérêt : laissez vos intérêts vous guider. Un surfeur est passionné lorsqu’il vend des planches de surf. Attaquez-vous à un secteur d’activité pour lequel vous avez une vraie passion.
  • Organisation : fixez un délai raisonnable pour atteindre vos objectifs. Examinez les dépenses et les obligations avec diligence pour éviter les mauvaises surprises.
  • Publicité : faites du marketing une priorité. Internet offre une multitude d’opportunités pour vous permettre de toucher votre public cible avec un petit budget.