En valeurs absolues et en pourcentage de la population active, de 1980 à 2018

C’est au début des années 80 que le chômage devient l’un des problèmes sociaux majeurs en Allemagne. Mis à part les baisses causées par l’envolée économique, le nombre de chômeurs a augmenté régulièrement jusqu’en 2005. Toutefois, la situation sur le marché du travail s’est améliorée entre 2006 et 2008. La crise financière et économique mondiale de 2008/2009 ainsi que les crises de la dette souveraine et des banques en Europe n’ont pas entraîné un renversement général de cette tendance en Allemagne. Depuis 2011, le nombre de chômeurs inscrits est passé sous la barre des trois millions et, entre 2013 et 2018, il a été réduit cinq fois de suite, pour finalement atteindre 2,3 millions. En 2018, le taux de chômage était de 5,2 %. C’est le plus bas depuis la réunification entre la RFA et la RDA.

Les faits sur le taux de chômage en Allemagne

Si l’on compare les années 1991 et 2004, tant le nombre de chômeurs que le taux de chômage ont augmenté en Allemagne. En Allemagne de l’Ouest, le nombre de chômeurs est passé de 1,6 à 2,8 millions au cours de cette période. Le taux de chômage est passé de 6,2 à 9,4 %. Toutefois, cette évolution n’est pas uniforme. Entre 1997 et 2001, le nombre de chômeurs est tombé de 2,9 à 2,3 millions et le taux de chômage de 10,8 à 8,0 %.

En Allemagne de l’Est, le nombre de chômeurs et le taux de chômage ont augmenté de façon relativement constante. Entre 1991 et 2004, il est passé de 1 million à 1,6 million. Le taux de chômage, lui, a doublé de 10,2 à 20,1 %.

2005, un taux de chômage record en Allemagne

L’une des augmentations les plus frappantes du nombre de chômeurs est l’année 2005. Il a augmenté de 10,9 % entre 2004 et 2005. C’est un peu moins de 480 000 nouveaux demandeurs d’emploi, soit un total de 4,86 millions de personnes. Cette évolution s’explique principalement par le regroupement de l’aide au retour à l’emploi et l’équivalent allemand du RSA. Cela a entraîné la comptabilisation de la “réserve latente” (personnes touchant jusqu’alors le RSA allemand) dans les chiffres du chômage du Bundesland. Selon les calculs de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA), cet effet dit “Hartz IV” a ajouté environ +380 000 chômeurs pour l’année 2005.

2006, le renversement du nombre de chômeurs

Déjà au second semestre de 2005, la reprise économique avait eu un impact sur le marché du travail. En raison de la demande croissante de main-d’œuvre et du léger recul de l’offre, le chômage a nettement diminué en 2006. En moyenne annuelle, cela représentait 4,49 millions de personnes au chômage, soit 370 000 de moins que l’année précédente. Sur l’ensemble de l’année 2006, la baisse du chômage enregistrée a été encore plus prononcée. Elle se chiffre aux alentours de -600 000 demandeurs d’emploi.

De 2006 à 2007, le nombre de chômeurs a diminué d’environ 730 000 (-16,2 %) pour s’établir à 3,76 millions. C’est la plus forte baisse absolue enregistrée depuis 1950. Et entre 2007 et 2008, le nombre de chômeurs a encore diminué d’un demi-million (-13,3 %). Le taux de chômage moyen était alors de 7,8 % en 2008, soit 3,9 points de moins qu’en 2005. La crise économique et financière n’a entraîné qu’une augmentation ponctuelle du nombre de chômeurs de 2008 à 2009 dans la seule Allemagne de l’Ouest (plus de 175 000).

2018, taux de chômage historiquement bas !

De 2005 à 2018, le chômage a sensiblement diminué en Allemagne de l’Ouest et de l’Est. En Allemagne de l’Ouest, le nombre de chômeurs a diminué de 1,49 million. Il est passé à 1 758 627 (-45,8 %), soit un peu plus d’un million à 581 455 (-64,0 %). En Allemagne de l’Ouest, le taux de chômage a atteint 4,8 % en 2018, son plus bas niveau depuis 1981. A l’Est, le taux de chômage a chuté pendant 13 années consécutives. En 2018, il était de 6,9 %, soit le plus bas depuis la réunification. Dans tout le Bundesland, le taux de chômage en 2018 était de 5,2 %.

Disparités entre offre et demande

La demande de main-d’œuvre sur le marché du travail a également augmenté parallèlement à la baisse des chiffres du chômage. L’indice de l’emploi de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA-X) est un indicateur qui compare la demande de travail par rapport à la moyenne annuelle de 2004 (= 100).

En novembre 2011, celui-ci avait grimpé à 176 points. Son plus haut niveau depuis son calcul (novembre 2010 : 149 points, novembre 2009 : 113 points).

Bien que le BA-X soit tombé à 156 points en mai 2013, il a encore augmenté au cours des mois suivants. En décembre 2014, la valeur de novembre 2011 avait été dépassée de 178 points. Depuis lors, l’indice a continué d’augmenter, atteignant 255 points en janvier 2019.

Sources :

Agence fédérale pour l’emploi (BA) : Chômage au fil du temps 01/2019, Indice de l’emploi de l’Agence fédérale pour l’emploi (BA-X)