Blog

19 lieux extraordinaires qui sont VRAIMENT situés en Allemagne

Les 19 sites suivants sont situés en Allemagne. Oui, oui, en Allemagne ! De l’immense château de princesse à l’église millénaire en passant par les lacs bleu azur, les surprises sont nombreuses. Et c’est là que vous prend la fièvre du voyage… !

1. Le mystique pont de cordes suspendu Geierlay, en Rhénanie-Palatinat. Mais ne vous inquiétez pas : le pont est sûr, il n’est en service que depuis seulement un an et demi 😜. Alors, envie de tenter la traversée ?

2. La falaise de Morsum sur Sylt n’est pas accessible à pied, mais cette vue spectaculaire est de toute façon plus belle quand on l’admire de loin.

3. Le lac Walchensee – les caraïbes au milieu des Alpes ?

4. Dans le Palatinat, il y a une étrange formation rocheuse – le Teufelstisch. Idéal pour les grimpeurs qui veulent conquérir les sommets.

View this post on Instagram

Great shot taken by @stefan_engel_photography. The #Devil's #Table (#Teufelstisch in #German) in #Hinterweidenthal is a 14 metre high #mushroom #rock in the German part of the #Wasgau region, the southern #Palatine #Forest in the state of #Rhineland-Palatinate). Thanks to its location in the territory of the village of #Kaltenbach – formerly part of #Wilgartswiesen – it is often called the Kaltenbach Devil's Table (#Kaltenbacher Teufelstisch), especially in old literary sources. It is larger and better known than the Devil's Table of #Salzwoog, which is only 5 kilometres away to the southwest. The Hinterweidenthal Devil's Table is one of the landscape #symbols of the Palatinate and is also the subject of a local #legend. In 1947 the rock was portrayed on a Rhineland-Palatinate postage stamp. Don't forget to #grmnyvacations to get featured.

A post shared by Germany Vacations (@grmnyvacations) on

5. Cet imposant pont voûté a été construit vers 1860 et enjambe le lac Rakotzsee, large de 35 mètres. Le Rakotzbrücke se trouve dans la région de Saxe, dans le plus grand parc à rhododendrons d’Allemagne.

6. Le panorama autour du lac Schrecksee, au cœur de la Bavière, est tout aussi vert que les paysages dans Le Seigneur des Anneaux.

7. Si vous visitez la capitale du Land de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, vous devriez également visiter le château de Schwerin.

8. La boucle que forme la Sarre serpente à travers le Taunus. En 2006, les présidents de la République tchèque, de la Pologne et de la France ont rencontré Angela Merkel au point de vue “Chloef”.

9. Le Königssee est le troisième lac de Bavière de ce rang. Profond de plus de 190 mètres, il est situé au centre du parc national de Berchtesgaden.

10. Si vous n’avez pas encore visité la jetée de Sellin, vous devriez le faire d’urgence, car il n’y a pas d’autre endroit en Allemagne comme celui-ci.

11. Le bastion de la “Suisse saxonne” au sud-est de Dresde se trouve à une hauteur moyenne de 500 mètres. Si vous voulez, vous pouvez même passer la nuit sous les falaises.

12. À Garmisch-Partenkirchen, il y a le Partnachklamm, une sorte de mini Grand Canyon.

13. La côte de l’Helgoland est rouge, désertique et érodée – les couches rocheuses sont très bien reconnaissables.

View this post on Instagram

A post shared by ᴀɴɴᴀ (@dannissim0) on

14. La plus haute chute d’eau d’Allemagne, longue de 230 mètres, se trouve à Triberg en Forêt Noire. Elle mesure 90 mètres de haut et est composée de sept chutes principales.

15. Il existe réellement : c’est l’Uluru allemand. Seul, au milieu de la plaine de la Hesse, haut de 530 mètres. On l’appelle “Monte Kali”.

16. L’étang bleu de 21 mètres de profondeur dans le Jura Souabe rivalise avec tous les autres étangs grâce à sa couleur captivante !

17. La lande de Lunebourg en Basse-Saxe inspire aussi bien les amateurs de couleurs que les personnes désireuses de se marier, les romantiques désespérés et les photographes de nature.

18. Le château de Neuschwanstein est probablement LE château à voir – qu’il s’agisse de petits chevaliers, de vieux rois ou de futures princesses. Construit en 1869, il a déjà été visité par 65 millions de personnes.

19. La mer d’oued de l’île de Föhr n’est pas si facile à découvrir à pied, mais vous pouvez chercher des échassiers sur place et profiter de la paix et du calme. Un must pour tous les visiteurs de l’île.

Ça y est, je vous ai donné envie de partir faire un peu de tourisme en Allemagne ? 🏖✈

Vous avez aimé cet article ? Peut-être que mon Top 10 des plus belles villes d’Allemagne vous plaira ?

Tschüss!


Une ou des culture(s) allemande(s) ?

Il n’y a pas une culture germanique, mais bien plusieurs. Cela s’explique par le fait que l’Allemagne est un État fédéral. La politique culturelle est du ressort des Länder (des régions). Il n’y a pas de politique culturelle allemande, mais chaque État fédéral a son propre ministère (de la culture).

 

Qu’est-ce que la culture ?

Par culture, on entend surtout la langue, la littérature, l’histoire, la religion, l’éthique, l’art, la science, l’économie et la juridiction d’un peuple. L’Allemagne d’aujourd’hui (géographiquement parlant) n’a rien à voir avec l’Allemagne d’avant, elle était composée d’une multiplicité d’états territoriaux et des cultures propres se sont alors développées. Depuis 1945, environ 25 millions de personnes ont immigré en Allemagne et environ 18 millions ont émigré. Cela a entraîné de grands changements dans la culture.

 

Culture : Langue

La langue officielle en Allemagne est l’allemand (surprenant n’est-ce pas ? :)). Elle a été normalisée au cours des 500 dernières années via le Duden (un dictionnaire de la langue allemande, dont la première édition a été publiée en 1880 par Konrad Duden), les règles d’orthographe, de grammaire et de ponctuation. Mais il y a beaucoup de dialectes et d’autres langues comme le “bas allemand” (Plattdeutsch), le frison, le danois, le sorabe et le roman. Avec l’immigration d’après guerre, beaucoup d’autres langues sont arrivées en Allemagne. De nombreuses familles parlent russe, polonais, turc, serbe ou croate à la maison.

Culture : Musique

Pour les fans comme moi de musique classique, il y a les compositeurs allemands classiques comme Beethoven, Bach ou Wagner. Mais aujourd’hui, à la radio allemande, on entend surtout les mêmes succès internationaux que dans tous les autres pays du monde. À la télévision, vous pouvez simultanément choisir entre la “Deutscher Volksmusik” sur la ZDF (télévision publique allemande) et Rihanna sur Pro7 (télévision privée allemande).

Culture : Alimentation

Il y a beaucoup de plats traditionnels en Allemagne. Pour la plupart ils ne sont pas “allemands” mais de Bavière, de Holstein, de Rhénans, de Saxe… Ce qui me marque le plus, c’est que lorsque je me promène en ville, je ne vois presque pas de restaurant ou de bistro “allemand”. Et lorsque je demande aux allemands, ils trouvent ça normal. Et vous ?

Diversité régionale

Durant son histoire, l’Allemagne a longtemps été divisée en plusieurs États/royaumes différents. Aujourd’hui, c’est un État fédéral composé de 16 Bundesländern (régions fédérales).

À l’intérieur de l’Allemagne, il y a de grandes différences. Quand un Allemand du Nord parlant “Plattdeutsch” rencontre un Allemand du Sud parlant “Bayerisch” ou “Schwäbisch”, ils ne se comprennent pas.

Il y a beaucoup de préjugés, de blagues, de musiques folkloriques, de vêtements traditionnels et de plats différents. Certains Allemands disent appartenir à une certaine région : le Palatinat, la Franconie, le Schleswig, le Sauerland, la Souabe… Ou alors ils se proclament, par exemple de Cologne (langue : Kölsch), Hambourg (langue : Missingsch).

Chaque région a non seulement son propre dialecte, ses propres recettes et ses propres chansons. Les frontières officielles des Länder ne jouent parfois aucun rôle. Le Land de “Baden-Württemberg” est un bon exemple car il regroupe des peuples du Bade, de Souabe, du Wurtemberg et d’autres régions. Les frontières de l’État fédéral sont donc “artificielles”.

 

 

Quiproquo

En Allemagne, ce qui m’amuse le plus c’est que tout le monde ne parle pas l’allemand de la même façon. Il y a donc des expressions que l’on retrouve uniquement dans certaines régions et où elles ne sont pas comprises ailleurs. Il y a aussi des expressions dont le sens diffère en fonction du lieu en Allemagne où vous vous trouvez.

Exemples :

  • noyau d’une pomme dans les dialectes allemands : Bitsch, Bütschgi, Butz / Butzen, Griebs, Griebs, Griebsch, Häuschen, Hinkel, Kippe, Kitsch, Kroose, Krotze, Krutz, Sonche.
  • Partie avant et arrière d’une baguette de pain : Gupf, Kanten, Kapp, Knapp, Knaus, Kneis, Kniep, Knorz, Knust, Kruste, Mürggel, Ranft, Renft, Riebele, Scherz, Tipp.

Vous voulez des Krapfen, Berliner ou Pfannkuchen ?

Un beignet est habituellement un gâteau à la levure cuit dans de la graisse chaude. Dans certaines régions d’Allemagne, cependant, c’est aussi un morceau de viande, de volaille, de fruits ou de légumes. Dans le nord et l’ouest de l’Allemagne, les gâteaux faits à partir de levure sont surtout appelés Berliner, en Bavière et en Franconie surtout Krapfen, en Basse-Saxe Prilleken ou Prilken, en Souabe, en Franconie et dans le Palatinat aussi Fastnachtküchle. À Berlin et en ex-RDA, ce gâteau est appelé Pfannkuchen, en Hesse et en Thuringe Kreppel.

En dehors de Berlin, les Pfannkuchen sont des crêpes. Dans les régions limitrophes de la France, ce produit porte le nom de Crêpe (ils nous l’ont piqué !). Puisqu’à Berlin Pfannkuchen signifie beignet, les crêpes s’appellent des Eierkuchen. À proximité de la frontière polonaise, l’expression “Plinse” est également employée. En Autriche, les crêpes s’appellent des Palatschinke (ce qui n’a rien à voir avec du Schinken / jambon en allemand) ou Omelette. Dans le nord de l’Allemagne, Omelette c’est une omelette comme on l’entend en français (et dans le reste du monde :P).

Samstag ou Sonnabend ? (Ces deux mots veulent dire samedi)

Dans le sud-ouest, on dit Samstag, dans le nord-est, on dit Sonnabend. Depuis que le “Tagesschau” (journal de 20h), n’accepte que des locuteurs du nord de l’Allemagne, les deux expressions sont maintenant comprises dans toute l’Allemagne.

Etre ou avoir ?

Dans le nord de l’Allemagne, on dit “être” en relation avec un mouvement (sie ist gelaufen, er ist gefahren) et “avoir” en relation avec l’immobilisme (sie hat gesessen, er hat gestanden). Dans le sud de l’Allemagne (= sud du fleuve Main), “être” est également utilisé en relation avec une immobilisation : Ich bin gesessen, sie ist gestanden. “Avoir” est alors utilisé au sens figuré. Quiconque dans le sud de l’Allemagne dit : “Sie hat gesessen, nachdem sie gestanden hat“ parle clairement d’une peine de prison qui fait suite à un aveu. Dans le nord de l’Allemagne, cette phrase n’a aucun sens.

L’heure

La façon de dire l’heure varie d’une région à l’autre (sud de l’Allemagne / nord de l’Allemagne) et c’est quelque chose qui m’a troublé lorsque j’ai déménagé de Halle (Saale) situé à l’Est vers Stuttgart situé au Sud-ouest :

3h – drei Uhr

3h15 – Viertel vier | viertel nach drei

3h30 – halb vier

3h45 – drei Viertel vier | viertel vor vier

4h00 – vier Uhr

Allemagne de l’Est – Allemagne de l’Ouest

L’Allemagne de l’Est et de l’Ouest ont été séparées durant longtemps et cela a contribué au développement d’un certain nombre d’habitudes linguistiques différentes. Ici vous pouvez voir quelques mots “est-allemands” et les mots “ouest-allemands”.

Traduction :

Broiler  / Brathähnchen

Kaufhalle / Supermarkt

Firma / Staatssicherheitsdienst

Wandzeitung / Schwarzes Brett

Krusta / Pizza

Bonbon / Parteiabzeichen

Feierabendheim / Altersheim

Plaste / Plastik

Un certain vocabulaire n’existe qu’en Allemagne de l’Est :

  • abkindern : en ex-RDA,  les jeunes mariés pouvaient contracter un Ehekredit de 5 000 DDR-Mark avec un remboursement mensuel de 50 Mark. Lors de la naissance d’un ou plusieurs enfants, la somme a remboursé été abgekindert (réduite) de 1 000 Mark pour un enfant et de 1 500 Mark à partir du deuxième.
  • Bückware : les marchandises qui n’existaient pas officiellement en ex-RDA pouvaient être obtenues par le biais de relations – la vendeuse se penchait et sortait les marchandises qu’elle avait caché sous le comptoir.

Rivalités

Il existe de nombreux préjugés entre les différentes régions d’Allemagne. La plupart des gens trouvent qu’ils sont eux-mêmes intelligents, les autres sont un peu stupides ou un peu lents. En 2005, lors de la campagne électorale du Bundestag, le Premier ministre de Bavière a déclaré publiquement qu’il y avait beaucoup de gens intelligents en Bavière et trop peu en Allemagne de l’Est. Beaucoup de gens en Allemagne de l’Est ont alors été offensés. Mais la plupart du temps, ces histoires ne sont racontées qu’à titre de plaisanterie, et beaucoup de gens peuvent rire d’eux-mêmes.

Préjugé ?

Que fait un Ostfriese (un Allemand de l’Est) quand il a un trou dans son bateau et que de l’eau s’infiltre ? Il creuse un deuxième trou pour que l’eau qui s’est infiltrée puisse s’échapper !

Pourquoi les Souabes boivent toujours le lait de la même façon ? Parce que le paquet dit “Ouvrez ici”.

Que font les Allemands lorsqu’une guerre éclate et que des bombes nucléaires sont lancées ? Ils fuient dans le Mecklembourg, où tout arrive dix ans plus tard.

 

Vous connaissez désormais mieux les différences culturelles au sein même de l’Allemagne. Auriez-vous pensé cela possible ? Moi pas du tout, même s’il est vrai qu’en France aussi, il y a des différences entre les régions, je trouve qu’elles sont mieux marquées que de l’autre côté du Rhin.

À la prochaine pour un nouvel article. Tschüss!


Différences entre Français et Allemands au travail

Cet article est un extrait de mon e-book Réussir votre expatriation en Allemagne.

Aujourd’hui, la frontière physique entre l’Allemagne et la France a presque disparu. Aller en Allemagne n’a quasiment plus rien d’extraordinaire. Pourtant, c’est un autre pays, un autre langue, une autre culture.

La vie quotidienne des employés Français et Allemands

La journée de travail

Tout d’abord, mes expériences professionnelles en Allemagne me permettent de vous dire que la journée de travail des Français et des Allemands est diamétralement opposée.

De manière générale, les Français se mettent au travail lentement, pour atteindre progressivement leur capacité optimale dans l’après-midi et peuvent rester à leur poste jusque tard dans la journée. Je comparerai les Français à un moteur diesel (ne soyez pas vexés ! 🙂 ). En revanche, les Allemands atteignent rapidement leur niveau de croisière qui décroît lentement jusque dans l’après-midi. Ils sont assimilables à un moteur essence (cela ne veut pas dire qu’ils sont plus efficaces).

En ce qui concerne la pause déjeuner, il existe là encore de grosses différences. En France, la coutume veut qu’elle dure au minimum une heure. Même si cette dernière a tendance à s’amenuiser au fil du temps pour atteindre une demi-heure (c’est bien dommage). Côté Allemand, ladite pause doit être la plus brève possible, permettant de quitter le travail plus tôt et à l’heure prévue.

Enfin, le repas se doit d’être avant tout convivial pour les Français et être pris à heures régulières. Pour les Allemands, l’heure des repas est généralement plus variable.

L’éthique du travail

  • Le formalisme allemand

Les Allemands sont très stricts sur les règles à respecter : que cela concerne la courtoisie, le comportement à avoir dans un bureau, etc. Nous pouvons parler de formalisme allemand quand il s’agit d’évoquer le monde du travail. Veillez donc à être polis avec tous les employés que vous croiserez le matin en arrivant au travail, dans ce pays où chacun connaît son statut, ses droits et attend d’être traité à égalité avec ses homologues.

En France, en revanche, je retrouve beaucoup moins ce formalisme (à ne pas confondre avec le respect de la hiérarchie)

  • Le rapport au pouvoir

Différent entre nos deux pays, la plus grosse variation concerne « le pouvoir intellectuel ». Ainsi, pour être dirigeant d’une entreprise allemande, il est souhaitable de posséder un « Doktorgrad » c’est-à-dire un diplôme de docteur. En effet, l’Allemagne compte un grand nombre de dirigeants de sociétés ayant un titre de « Doktor ». En France, le pouvoir est plutôt exercé par une “élite” formée dans des écoles spécifiques. Cette particularité est typiquement française. L’Allemagne a pour avantage d’être plus égalitaire dans l’accession au pouvoir du moment que l’on est en mesure de prouver ses capacités intellectuelles.

La deuxième dissimilitude est, qu’en Allemagne, le pouvoir est très rarement démontré de manière ostentatoire. Pour eux, pouvoir, position sociale, succès, doivent être exploités avec réserve et modération.

 

Différences de communication entre employés Français et Allemands

Le comportement spatial allemand

En Allemagne, l’espace vital appelé « Lebensraum » revêt un caractère essentiel, sacré et sa population devient anxieuse lorsqu’elle a le sentiment que son domaine est menacé.

Par ailleurs, la distance interpersonnelle est supérieure chez Allemands. Cela signifie que le contact physique – le toucher, prendre dans ses bras, embrasser – est évité. De manière générale, les Allemands « gardent leurs distances ». Nous retrouvons d’ailleurs cette caractéristique dans la manière dont sont construits leurs lits, qui ne sont que des lits jumeaux.

Lors de mes premiers mois en Allemagne, j’avais tendance à penser qu’ils étaient froids, réservés, hostiles. De plus, les expressions faciales sont généralement moins prononcées chez les Allemands, les gestes plus rares et de moindre ampleur. Le contact visuel est direct et soutenu. Autant vous dire que c’est déconcertant, surtout lorsque l’on vient du Sud de la France où les gens communiquent complètement différemment.

 

Le style de communication des Allemands

Le style de communication des Allemands diffère de celui des Français concernant l’alternance de prise de parole. J’ai été très surpris les premiers temps d’observer que les Allemands ne se coupaient pas la parole lorsqu’ils parlaient entre eux. L’explication vient du fait que lorsqu’ils parlent, ils placent le verbe ou la particule verbale la plus significative en fin de phrase. Chacun des protagonistes participant à la conversation doit donc attendre que l’orateur ait fini sa phrase pour en connaître le sens et pouvoir répondre.

Par ailleurs, en Allemagne, lorsqu’une réunion se termine, il est toujours bon de répéter l’objet de la conversation qui vient de se terminer et les résultats atteints.

Les règles à connaître pour travailler en Allemagne

Au téléphone

Observez bien le protocole suivi par les Allemands. Ils sont habitués à ce que le combiné soit immédiatement décroché (dès les deux ou trois premières sonneries) lorsqu’ils téléphonent et à ce que la personne qui décroche se présente.

Exemple allemand: dring, dring, dring, « Frau Keyser ».

Exemple français: dring, dring, dring, « Âllo! ».

Certes, aujourd’hui en France, lorsque nous nous trouvons sur notre lieu de travail, il devient de plus en plus fréquent de répondre en s’annonçant. Toutefois, dans la sphère privée, seuls quelques Français se présentent à leur interlocuteur au téléphone. Ainsi, en Allemagne, vous n’entendrez jamais quelqu’un répondre par « Âllo ! » que ce soit dans le cadre professionnel ou personnel.

Les cinq règles essentielles

En Allemagne, il y a cinq règles essentielles auxquelles vous ne pouvez pas déroger, elles sont incontournables. En France, par contre, si vous ne les respectez pas, personne ne s’en indignera.

Les voici :

  1. Si possible, répondez le jour même à tout e-mail ;
  2. Si c’est impossible, informez votre interlocuteur en lui précisant à quel moment vous serez en mesure de lui faire une réponse définitive ;
  3. Veillez à formuler une réponse à toutes les questions posées dans le courrier ou au cours d’un entretien ;
  4. Respectez les délais annoncés ;
  5. Dans le cadre de réunions :
    • Préparez toujours un ordre du jour détaillé (objet de la réunion, lieu où elle se tiendra, heure à laquelle elle débutera et se terminera, points qui seront évoqués, etc.) ;
    • Allez à l’essentiel, entrez directement dans le vif du sujet, soyez direct ;
    • Ponctuez votre discours d’exemples, mais veillez à vous en tenir aux faits et à les expliciter de manière claire et chiffrée.

Vous l’avez compris, les différences entre Français et Allemands au travail restent importantes. Toutefois, vous observerez aussi au cours de votre séjour de l’autre côté du Rhin qu’il y a des éléments sur lesquels nos cultures ne sont pas si éloignées. Je pense même qu’une nouvelle culture est en cours de création : la culture franco-allemande. En tant que bilingue français-allemand, je serais très heureux d’être un de ses premiers ambassadeurs :).

Cet extrait de l’e-book Réussir votre expatriation en Allemagne vous a plu ? Cliquez-ici pour en savoir plus sur le 1er livre numérique qui dévoile les subtilités de la culture allemande.


L’Allemagne – un pays décentralisé

Un pays aux multiples capitales

L’Allemagne a pour capitale officielle la ville de Berlin, pourtant bon nombre d’autres villes du pays rayonnent tout autant que Berlin à l’international. Cela s’explique par le fait que le pays est fortement décentralisé, beaucoup plus que la France où Paris reste la ville qui concentre toutes les attentions et tous les investissements.

Cette forte décentralisation m’a beaucoup plu lorsque j’ai vécu en Allemagne car les entreprises et industries sont réparties de façon homogène sur le territoire. Même si on constate encore des disparités entre les régions de l’ancienne RDA (République démocratique allemande) à l’Est et celles de l’ex-RFA (République fédérale allemande), L’Est de l’Allemagne rattrape de plus en plus son retard.

Une conséquence de cette homogénéité : un pays qui se développe harmonieusement, sans territoire laissé à l’abandon.

Cela ne vous a peut-être pas échappé, mais en France, la bande transversale qui s’étend de la Lorraine à l’Aquitaine en passant par le Massif Central est quasiment désertique ou du moins laissé à l’abandon.

                                     

En démontre la carte de la densité géographique de la France. Celle de l’Allemagne atteste une répartition plus équitable de la population sur le territoire.

L’autre conséquence d’un pays décentralisé : un réseau de transport équitable. En Allemagne, il est beaucoup plus facile de se déplacer en train, voiture ou avion d’une ville à l’autre du pays. Pas besoin de passer par Berlin ou Munich. En France, un lyonnais voulant aller en train à Bordeaux devra très certainement passer par Paris. Non pas que je n’aime pas Paris, mais la logique voudrait qu’il y ait une ligne ferroviaire transversale passant par Clermont-Ferrand par exemple.

La dernière conséquence : l’égalité des chances. Que vous soyez nés à Cologne, Munich, Berlin, Leipzig ou Hambourg, peut importe. Vous avez en théorie autant de chances qu’un autre de trouver un travail bien rémunéré dans votre ville de naissance à ceci près que les salaires restent encore un peu plus bas à l’Est de l’Allemagne qu’à l’Ouest. Vous n’avez pas besoin d’aller travailler à Berlin pour faire une grande carrière et gagner beaucoup d’argent. Cela n’aura aucun impact sur votre CV que vous ayez travaillé à Dresde, Brême, Düsseldorf ou Karlsruhe. Alors que d’après moi, en France, avoir vécu et travaillé dans une grande ville et de surcroît dans une grande entreprise est un atout majeur dans un CV.

Explications de la structure décentralisée de l’Allemagne

Comme je l’évoque de manière approfondie dans mon e-book Réussir son expatriation en France ou en Allemagne, l’histoire du pays explique pour beaucoup le fait qu’il ait gardé une structure décentralisée à contrario de la France qui elle a choisi de centraliser au maximum ses institutions et son économie dans une seule ville.

En France, la centralisation est ancrée dans la culture du pays depuis le XVIème siècle et ne fait pas l’unanimité. C’est Napoléon qui développe cette organisation qui a l’avantage d’unifier et de hiérarchiser le pays.

En Allemagne, c’est l’inverse. La décentralisation ou plutôt le régionalisme marque fortement la culture du pays. Chaque région a une identité forte. Cela remonte au Moyen Âge où le pays était divisé en des milliers de petits royaumes, on parle d’Allemagne féodale. Le pays a conservé au travers du temps cette organisation décentralisée.

Alors même si Berlin est une ville très plébiscitée, n’hésitez pas à vous installer dans une ville moins médiatique comme Leipzig et profiter tout autant de son dynamisme et de sa bonne connexion avec le reste du pays et l’international.

A très vite pour un nouvel article.

Tschüss und bis bald 🙂


Top 10 des plus belles villes d’Allemagne

Vous avez quelques jours de congé et souhaitez les utiliser pour passer des vacances en Allemagne ?

Que diriez-vous d’une excursion dans l’une des plus belles villes d’Allemagne ?

Outre les grandes villes bien connues telles que Berlin, Hambourg ou Munich, certaines petites villes valent aussi la peine d’être visitées. Lübeck, La vieille ville hanséatique du nord, Bamberg, la ville de la bière qui vous enchantera avec son magnifique centre historique ou encore Görlitz à l’est de la République fédérale qui sert encore et toujours de décor pour les films hollywoodiens.

Nous avons dressé pour vous le TOP 10 des plus belles villes d’Allemagne.

Laissez-nous vous inspirer

N°1 – Munich

La plupart des gens connaissent la capitale bavaroise en raison de sa célèbre Oktoberfest. Mais la ville de plus d’un million d’habitants a aussi beaucoup à offrir le reste de l’année. Le jardin anglais, la Frauenkirche et le style de vie unique font de Munich l’une des plus belles villes d’Allemagne.

Grâce à sa situation géographique, Munich est également une destination idéale pour les amateurs de sports d’hiver.

3 choses à faire à Munich :

  • Une promenade dans le jardin anglais
  • Une visite à la Hofbräuhaus de Munich
  • Un détour par BMW Welt

N°2 – Lüneburg

Cette petite ville de Basse-Saxe a aussi sa place dans le TOP 10 des plus belles villes d’Allemagne. Son vaste centre historique vous enchantera et vous resterez bouche bée devant le monastère de Lüne et les nombreuses églises que compte la ville. A chaque recoin de la ville hanséatique, vous pourrez sentir l’histoire prestigieuse de cette ville.

Grâce au commerce du sel, Lüneburg est devenue une ville riche au Moyen Âge, propice au développement de la bourgeoisie. Elle fût l’un des premiers bastions de la Ligue hanséatique.

3 choses à faire à Lüneburg :

  • Promenade dans le centre historique de la ville
  • Visite du musée allemand du sel
  • Excursion d’une journée au parc naturel “Lüneburger Heide” et au “Heide Park Resort”.

N°3 – Bamberg

Bamberg est l’une des plus belles villes historiques d’Allemagne avec ses bâtiments et son histoire de ville impériale et épiscopale franconienne. Le centre historique de la vieille ville est considéré comme le plus grand centre historique intact de la ville. Les habitants de Bamberg sont également particulièrement fiers de leur bière et de leur culture brassicole. Onze brasseries sont encore actives dans la ville aujourd’hui. Cette dernière est servie dans de vieux pubs rustiques.

L’hôtel de ville historique est également impressionnant. Il se trouve sur une île artificielle au milieu de la rivière Regnitz.

3 choses à faire à Bamberg :

  • Cathédrale de Bamberg avec le cavalier de Bamberg
  • Visite du plus ancien musée d’histoire naturelle d’Allemagne.
  • Nouvelle résidence et roseraie

N°4 – Erfurt

La capitale du Land de Thuringe, devenue riche grâce au commerce vous offrira aussi un accès à une nature impressionnante. En 2021 y sera organisée l’exposition fédérale des jardins. D’ici là, une promenade dans le centre historique ne vous laissera pas indifférent. En effet, la vieille ville séduit par ses petites ruelles sinueuses et son atmosphère romantique.

Pour les familles, une visite au parc zoologique peut être rajoutée au programme. Le monastère augustinien vaut aussi la peine d’être visité. Ici vivait et travaillait le réformateur Martin Luther.

3 choses à faire à Erfurt :

  • Promenade le long du pont Krämer
  • Visite guidée des nombreuses églises d’Erfurt.
  • Visite de la synagogue vieille de 900 ans

N°5 – Marbourg

Cette splendide ville universitaire a toute sa place dans le TOP 10 des plus belles villes d’Allemagne. La ville du Land de Hesse se niche sur les deux rives de la rivière Lahn non loin du “Gladenbacher Bergland” et de la “Lahnberge”. Si vous prévoyez d’organiser votre excursion dans cette ville qui vaut la peine d’être vue, vous devrez vous préparer à monter, puis redescendre, puis remonter. En guise de récompense, vous trouverez une vue parfaite sur un paysage pittoresque.

La ville est construite autour de l’impressionnant château de Landgrave, qui est aujourd’hui l’une des principales attractions de la ville.

3 choses à faire à Marbourg :

  • Un tour de la ville à travers le centre historique
  • Une visite de l’ancienne Université
  • Profitez de la vue depuis la tour Spiegellust.

N°6 – Heidelberg

Chaque année, plus trois millions de touristes visitent Heidelberg, l’une des plus belles villes d’Allemagne située dans le Land de Bade-Wurtemberg. Traversée par le fleuve Neckar, dotée d’une vieille ville pittoresque, de ruines impressionnantes et de la plus ancienne université d’Allemagne, Heidelberg est l’une des villes les plus extraordinaires d’Allemagne.

L’ancienne ville capitale vous offre non seulement un centre historique merveilleux, mais aussi un accès à la nature dans les environs immédiats. Vous pourrez ainsi profiter d’un magnifique panorama sur Heidelberg tout en traversant le vieux pont le long du Philosophenweg.

3 choses à faire à Heidelberg :

  • Randonnée à travers le Königsstuhl
  • Visite de la place du marché
  • Visite du Studentenkarzer

N°7 – Hambourg

Dans le TOP 10 des plus belles villes d’Allemagne, la “perle” Hambourg est un must. Outre ses curiosités bien connues, comme son port pittoresque  ou sa Reeperbahn unique, de nombreuses autres attractions attirent les visiteurs. Vous pouvez notamment prévoir la visite de Speicherstadt ou encore une longue journée de shopping dans le centre-ville.

Si vous aimez les comédies musicales, vous trouverez ce qu’il faut dans cette ville. Ces dernières années, la ville hanséatique a acquis une réputation internationale en tant que ville musicale.

Vous vous sentirez chez vous à Hambourg en tant qu’amoureux de la nature. Une visite au zoo de Hagenbeck ou au parc Planten un Blomen vaut aussi la peine.

3 choses à faire à Hambourg :

  • Visite de Speicherstadt et de Miniaturwunderland.
  • Balade à vélo à travers la vallée de l’Alster
  • Excursion dans le district de Blankenese

N°8 – Stralsund

L’ancienne ville hanséatique de Stralsund est aussi appelée “porte de l’île de Rügen”. Deux ponts la relie à l’île de la mer Baltique. La vieille ville de Stralsund est un témoignage remarquable de l’histoire de la ville et de son importance au sein de la ligue hanséatique. Le style architectural de l’Hôtel de ville ou de l’église de Nikolaï est attribué à la brique gothique. Une méthode de construction spéciale dans le nord de l’Allemagne.

Située au bord de la mer, cette belle ville allemande est aussi une destination estivale idéale. Vous avez le choix entre la visite d’une ville splendide avec de nombreuses églises et bâtiments historiques ou une excursion d’une journée dans les environs au bord de l’eau.

3 choses à faire à Stralsund :

  • Visite du Musée océanographique Allemand de Stralsund
  • Visite de la Place du Vieux Marché
  • Visite des dernières portes de la ville conservées Kütertor et Kniepertor.

N°9 – Leipzig

Connue pour sa Grande Halle où sont organisées de nombreuses foires et salons, cette ville du Land de Saxe impressionne par son histoire mouvementée et est l’une des villes les plus intéressantes d’Allemagne. Le centre-ville de Leipzig séduit par ses beaux bâtiments, tels que l’ancien et le nouvel Hôtel de ville et ses nombreuses arcades, construits au début du 20ème siècle.

Le monument de la Bataille des Nations vaut également la peine d’être vu. Il rappelle la grande bataille qui a entraîné la chute de Napoléon Bonaparte. Vous pourrez aussi partir explorer la ville sur l’eau. Un voyage en canoë sur les canaux à l’ouest de Leipzig vaut la peine.

3 choses à faire à Leipzig :

  • Visite du Grassimuseum
  • Tour des pubs de la Karl-Liebknecht-Straße
  • Excursion d’une journée dans le Neuseenland de Leipzig.

N°10 – Brême

Qui ne les connaît pas – les musiciens de la ville de Brême. Mais ce ne sont pas les seules choses qui font de Brême une destination de voyage populaire et une ville allemande digne d’être vue. Ses ruelles sinueuses et ses petites maisons dans le Schnoor, le quartier le plus ancien de Brême, vous feront voyager à l’époque du Moyen Age.

L’impressionnante place du marché avec la mairie de Brême témoigne également de la longue histoire de la ville. Juste à côté se trouvent les quatre musiciens les plus célèbres de Brême : les Stadtmusikanten. Eternalisés dans une statue de bronze.

2 choses à faire à Brême :

  • Promenades dans la Böttcherstraße
  • Visite de Roland devant la mairie

Les Allemands vus par les Français

Ils mangent des Bratwurst et boivent de la bière, ils sont ponctuels, n’ont pas d’humour et ne sont pas chaleureux – de nombreux clichés sur les Allemands sont tout sauf flatteurs. Mais est-ce qu’ils sont vraiment comme ça ? Qu’en disent les français qui vivent en Allemagne depuis des années ? Je leur ai demandé.

Cliché 1 : Les Allemands mangent des Bratwurst, de la Kartoffelsalat et boivent de la bière.

Pour Florian B. les Allemands ne sont pas de plus gros mangeurs de pommes de terre que d’autres pays et son intuition est juste puisque selon le site internet de.statista.com, les Allemands consomment “seulement” 61 kg de pommes de terre par an en 2016 contre 117 kg pour les Lettons !

Benjamin V. a pu remarquer qu’ils apprécient aussi le bon vin et les chiffres confirment cela. L’Allemagne est le quatrième marché mondial de consommation de vin derrière les États-Unis, l’Italie et la France, avec une consommation par habitant s’élevant à 26,3 litres par an. En volume, l’Allemagne est d’ailleurs le premier importateur mondial de vin.

En ce qui concerne les Bratwurst, pas besoin de statistiques. Les Allemands en raffolent. Il suffit de vivre quelques mois en Allemagne pour s’en rendre compte.

Conclusion : le cliché est véridique et en plus, il a bon goût.

Cliché 2 : Les Allemands sont distants, peu chaleureux et peu empathique.

Complètement FAUX ! Les interviewés le disent d’eux-même.

“Quand je suis venu ici, j’ai été surpris par la gentillesse des gens. Je dois dire que j’avais aussi peur du racisme. L’image du nazi allemand est encore très répandue en France. Mais finalement pas du tout ! J’ai trouvé les gens très ouvert d’esprit.”, nous raconte Florian B.

“Les Allemands sont très gentils et serviables, même dans une grande ville comme Berlin. A Paris les gens sont beaucoup plus distants”, dit-il. Voici ce qu’il raconte sa dernière visite dans la capitale parisienne : “J’ai essayé de changer de l’argent en chemin et personne ne m’a aidé ! Cela n’aurait pas été un problème à Berlin. Les gens ici ne sont pas si effrayés et désintéressés.”

Benjamin V. qui a aussi vécu en Pologne où les Allemands sont considérés comme polis attendait beaucoup sur ce point là. Il a été surpris par la désinvolture, par exemple, lorsqu’il a offert sa place à une femme dans le bus et n’a récolté qu’un simple “non”. Ou un “oops” au lieu de “pardon” lorsque quelqu’un l’a bousculé dans les transports en commun.

Même un “merci” n’est pas toujours une évidence en Allemagne, admet-il. Mais : l’apparence n’est pas la chose la plus importante. La gentillesse peut se manifester de différentes manières – et il en fait l’expérience en Allemagne.

Conclusion : le cliché est réfuté. Finalement, c’est une question de point de vue !

Cliché 3 : Les Allemands sont sans humour et rigides.

Les personnes interrogées considèrent également que cette idée reçue est “absurde”. Benjamin V. croit qu’elle pourrait être le résultat d’une mauvaise compréhension du sérieux dont font preuve de nombreux Allemands.

“Mais cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas le sens de l’humour ! Au contraire, j’apprécie leur esprit souvent brut de pomme et leur ironie”, dit-il, ajoutant avec compassion : “Mais les Allemands ont aussi beaucoup à endurer quand il s’agit de leur réputation.”

Lorsque le comédien anglais Rowan Atkinson alias “Mr. Bean” a indiqué dans une interview du bunte.de que les Allemands avait un “bon sens de l’humour”, il a fait la Une de la presse allemande. L’impitoyable Mark Twain, auteur de l’essai “La terrible langue allemande”, écrit dans sa célèbre “Balade à travers l’Europe” :

“Comment avons-nous eu l’idée que les Allemands étaient un peuple têtu et flegmatique ? En fait, ils sont loin de l’être. Ils sont chaleureux, sensibles, impulsifs, enthousiastes, avec la plus tendre poussée, ils versent des larmes, et il n’est pas difficile de les faire rire”.

Conclusion : le cliché n’est pas vrai. Ou était-ce ironique ?

Cliché 4 : Les Allemands sont travailleurs, économes et efficaces.

Benjamin V. trouve l’austérité allemande sympathique “parce qu’elle n’est pas une expression d’avidité, mais d’efficacité et de rationalité. En France, vous n’achèteriez jamais un œuf à l’unité, en Allemagne, vous l’achèteriez – parce que vous n’aviez besoin que d’un seul”.

Les Allemands ne sont pas les seuls à être des travailleurs et je ne dis pas cela pour ne pas vexer mes lecteurs 🙂 ! Les personnes interrogées se sentent pourtant obligées de dire que les Germains sont particulièrement assidus.

“En France, il y a l’idée que les Allemands sont si riches parce qu’ils travaillent beaucoup. Ils sont également considérés comme hautement qualifiés. Les ingénieurs allemands sont célèbres”, explique Florian B. Benjamin V., quant à lui, trouve remarquable que les Allemands se consacrent même à leur temps libre avec ardeur.

Conclusion : le cliché est correct 🙂

Cliché 5 : Les Allemands aiment l’ordre et respectent les règles.

Ces vertus prussiennes viennent immédiatement à l’esprit de Florian B. – même s’il vit à Berlin, où les Allemands (y compris les Berlinois) croient qu’il n’y a que du chaos.

“Les Allemands ont beaucoup de règles et les respectent. C’est pourquoi tout fonctionne ici. C’est bien, dit-il. Cela commence par les règles de circulation. Essayez de traverser la rue à Paris ! C’est dangereux.”

La bureaucratie allemande tant déplorée est “un jeu d’enfant comparé à celui de la France”. Le manque de ponctualité, souvent évoqué, de la Deutsche Bahn s’explique par le fait que les Allemands sont simplement habitués à ce que tout fonctionne parfaitement. Un escalier roulant cassé vous donne dans ce pays “le sentiment d’être un survivant dans la jungle de la civilisation”, plaisante Florian B. Il trouve “bénéfique” l’amour teutonique pour les règles. En effet, “l’ordre simplifie la vie”.

Mais il observe aussi un certain “laxisme allemand”, une rébellion contre les règles dans l’esprit des années 68.

Conclusion : le cliché est vrai. Mais ils pourraient être encore plus ordonnés !

La conclusion

Finalement, les étrangers qui vivent depuis longtemps en Allemagne semblent avoir une meilleure opinion sur les Allemands que ceux qui n’y ont jamais vécu ! Alors attention aux idées reçues même si elles peuvent parfois être justifiées, elles ne reflètent pas la culture allemande dans son intégralité.


Séjour linguistique en Allemagne

Vous souhaitez améliorer votre maîtrise de l’allemand ou bien partir en Allemagne pour apprendre la langue au contact des locaux ?

Il existe plusieurs possibilités que vous permettront de concrétiser votre projet linguistique. Cet article a pour objectif de vous en lister quelques-unes. Mais avant cela, il est important que vous définissiez combien de temps vous souhaitez rester dans le pays et comment vous allez financer votre séjour.

4 séjours rémunérés et de longue durée pour apprendre l’allemand

1. Devenir volontaire en service civique avec l’OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse)

L’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse offre la possibilité aux jeunes âgés de 18 à 25 ans de partir en Allemagne pour une durée de 10 à 12 mois dans le cadre d’un service civique et de percevoir une rémunération.

J’ai moi-même été volontaire de 2012 à 2013 et cette expérience m’a permis en l’espace d’une année de devenir bilingue en allemand. J’ai aussi pu voyager en Allemagne et dans les pays limitrophes, tisser des liens d’amitié avec des allemands, participer à un échange scolaire entre une école au Sénégal et l’école où je faisais mon service civique, participer à des séminaires de communication interculturelle, etc.

Pour plus d’informations sur ce programme : devenir volontaire OFAJ

2. Partir dans le cadre d’un séjour au pair

Le séjour au pair est un voyage culturel et linguistique, dont l’objectif est l’apprentissage d’une langue et la découverte d’une culture. En échange d’un travail au sein d’une famille, la personne est accueillie, logée et perçoit, dans la plupart des cas, une rémunération.

Le site internet leader en la matière : www.aupairworld.com

3. Faire du WWOOFing

Le WWOOF est un acronyme qui désignait à l’origine « Working Weekends on Organic Farms » (week-ends de travail dans des fermes biologiques). Des hôtes se proposent d’accueillir des WWOOFers pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire, leur quotidien et leurs activités avec la possibilité pour ces derniers de se voir offrir le gîte et le couvert. 

Le WWOOFing est ouvert à tout le monde quel que soit l’âge (réservé aux +18) ou la nationalité. Il n’y a pas non plus de prérequis à avoir. L’essentiel étant d’avoir envie d’apprendre, d’être intéressé par la protection de l’environnement puisque les activités respectent les principes d’une agriculture plus respectueuse de la nature, de la biodiversité.

Pour plus d’informations : WWOOFing Germany

4. Partir en Erasmus

Le programme Erasmus est un programme d’échange d’étudiants et d’enseignants entre les universités, les grandes écoles européennes et des établissements d’enseignement à travers le monde entier.

Grâce au programme Erasmus, j’ai pu effectuer mon stage de fin d’année de Master à Stuttgart en Allemagne pendant 6 mois. Mon niveau d’allemand a considérablement progressé, j’ai pu vivre une expérience professionnelle à l’étranger et découvrir la culture allemande dans le monde de l’entreprise. Petit plus, j’ai aussi perçu une aide financière Erasmus+ durant le séjour.

En effet, grâce au programme Erasmus vous pouvez soit partir étudier dans une université partenaire, soit aller faire un stage dans une entreprise à l’étranger.

La bourse de mobilité Erasmus+ est accordée à tous les étudiants qui partent en Erasmus (boursiers ou non). Elle est calculée en fonction du coût de la vie dans le pays de destination. En ce qui concerne l’Allemagne, sont montant est d’environ 150€/mois pour un étudiant et 300€/mois pour un étudiant stagiaire. Attention toutefois car le versement se fait en 2 temps : 80% en début de séjour, 20% au moment du retour dans le pays d’origine.

Pour plus d’informations : Erasmus +

Vous connaissez désormais 4 façons de partir séjourner en Allemagne tout en percevant une rémunération. De quoi apprendre la langue sans devoir piocher dans ses réserves.

 


Immagration en Allemagne – quelles sont les règles ?

Les possibilités d’immigrer et de travailler en Allemagne en tant que travailleur migrant varient selon votre origine : si vous êtes citoyen de l’UE, vous êtes soumis à des règles juridiques différentes de celles des ressortissants de pays tiers, c’est-à-dire des pays extérieurs à l’UE.

Comment les citoyens de l’UE peuvent-ils immigrer en Allemagne ?

Les citoyens de l’UE et leurs familles n’ont pas besoin d’un visa pour entrer en Allemagne, ni d’un titre de séjour ou d’un permis de travail.

Ceci s’applique également aux citoyens de la Suisse et de l’Espace économique européen (EEE). L’EEE comprend le Liechtenstein, la Norvège ou l’Islande.

La loi européenne sur la libre circulation permet à tout ressortissant d’un État membre de l’UE de séjourner en Allemagne avec sa famille pour une durée maximale de trois mois.

“Si les citoyens de l’UE restent en Allemagne pendant plus de trois mois, ils doivent satisfaire à certains critères : par exemple, ils doivent travailler, être indépendants ou au moins chercher un emploi “, explique Thomas Oberhäuser, avocat et président du groupe de travail sur le droit de la migration au sein du barreau allemand (DAV).

Si les citoyens de l’UE sont à la recherche d’un emploi mais n’en ont pas encore trouvé, ils peuvent rester dans le pays jusqu’à six mois.

Les citoyens de l’UE qui n’exercent pas d’activité lucrative peuvent rester plus longtemps en Allemagne, mais doivent alors souscrire leur propre assurance maladie et gagner leur vie. Cela s’applique également aux étudiants et aux retraités.